25.04.2022 - University of Wisconsin-Madison

De nouveaux outils contre les infections hospitalières?

Un peptide encapsulé bloque la communication et la virulence de Staphylococcus résistants

Les agents pathogènes hospitaliers résistants aux antibiotiques ne sont pas à sous-estimer en tant que risque pour la santé. Une équipe de chercheurs vient de présenter une nouvelle approche pour traiter les staphylocoques multirésistants dans la revue Angewandte Chemie. Elle est basée sur un peptide synthétique qui réduit la virulence des bactéries en bloquant leur communication par "quorum sensing". La libération contrôlée du médicament à partir de microparticules dégradables a très fortement inhibé les infections de plaies cutanées dans un modèle animal.

L'hôpital est un lieu où l'on est censé être en bonne santé, et non être rendu plus malade par une redoutable infection hospitalière. Les agents pathogènes qui sont souvent inoffensifs pour les personnes en bonne santé peuvent devenir très dangereux lorsqu'ils pénètrent dans l'organisme de patients affaiblis, par exemple à la suite d'une plaie chirurgicale ou d'un examen interne. La sonnette d'alarme commence vraiment à retentir en cas de bactéries multirésistantes telles que le Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM), contre lequel presque aucun antibiotique n'est efficace. Aux Etats-Unis, environ 100 000 infections hospitalières et près de 20 000 décès sont attribués à cette bactérie.

Plus il y a d'antibiotiques, plus il y a de résistance. La crise des antibiotiques à venir ne peut être surmontée que par des approches alternatives. Les stratégies "anti-virulence" visent ainsi à réduire le pouvoir infectieux de l'agent pathogène sans le tuer. Cela réduit la pression sélective qui conduit au développement de la résistance. Comme la gravité de l'infection est réduite, le système immunitaire du patient peut idéalement combattre l'infection.

L'équipe interdisciplinaire travaillant avec Helen E. Blackwell à l'université du Wisconsin a choisi comme point d'attaque un système de communication chimique utilisé par les bactéries pour communiquer entre elles, appelé quorum sensing (QS). De nombreuses bactéries utilisent le QS pour réguler la production de facteurs de virulence, ou toxines, impliqués dans les infections. Entre autres choses, les facteurs de virulence donnent aux agents pathogènes la capacité de se fixer aux cellules hôtes et d'y pénétrer.

S. aureus et les bactéries apparentées possèdent un circuit QS basé sur le système "régulateur de gènes accessoires"(agr). La molécule de signal QS est appelée "peptide autoinducteur" (AIP). L'équipe de recherche a développé un peptide synthétique similaire à l'AIP qui bloque le système agr avec une efficacité inhabituelle, bloquant également le QS. L'omission d'une partie terminale de la chaîne peptidique a considérablement ralenti la dégradation du peptide inhibiteur dans les tissus. L'encapsulation de l'inhibiteur dans des particules de polymère biodégradable a permis une libération retardée, prolongeant ainsi la période d'activité, ce qui rend possible une grande efficacité à faible dose. Dans un modèle murin d'abcès cutané, les infections à S. aureus ont pu être presque totalement bloquées par une injection locale du peptide encapsulé.

Ce nouveau peptide inhibiteur pourrait constituer une approche des stratégies thérapeutiques de lutte contre les infections bactériennes et apporter de nouvelles connaissances sur le rôle de l'agr et du QS dans les infections chroniques. En outre, il pourrait servir de base au développement de revêtements qui bloquent les infections bactériennes pour des applications telles que les implants.

Note: Cet article a été traduit à l'aide d'un système informatique sans intervention humaine. LUMITOS propose ces traductions automatiques pour présenter un plus large éventail d'actualités. Comme cet article a été traduit avec traduction automatique, il est possible qu'il contienne des erreurs de vocabulaire, de syntaxe ou de grammaire. L'article original dans Anglais peut être trouvé ici.

Plus sur Angewandte Chemie
  • Actualités

    Nouvelle hydrolase PET

    La salive humaine pourrait contenir une enzyme capable de décomposer le plastique polyéthylène téréphtalate (PET). Les chercheurs ont trouvé l'enzyme prometteuse, une hydrolase, dans une base de données contenant des échantillons de métagénome humain. Comme ils le rapportent dans la revue A ... en savoir plus

    Des larmes au lieu du sang

    Les fluides lacrymaux humains contiennent de nombreuses protéines, métabolites et autres molécules dont les concentrations changent de manière significative avec certaines maladies. Une équipe de recherche vient de mettre au point un kit de test pratique pour les larmes, capable d'identifie ... en savoir plus