Décodage de l'interrupteur moléculaire pour la reprogrammation progressive des cellules immunitaires

19.06.2024
Dr. Volker Brinkmann, MPIIB

Les cellules T qui nous protègent des maladies

Le système immunitaire active certains globules blancs, les cellules T helper (cellules Th), pour se défendre contre les agents pathogènes et le cancer. Ces cellules sont imprégnées différemment selon la cible (virus, bactéries, parasites, cellules tumorales) et peuvent favoriser ou atténuer les réactions inflammatoires. Une équipe de recherche composée de Max Löhning et Ahmed Hegazy de la Charité -Universitätsmedizin Berlin et du Centre allemand de recherche en rhumatologie de Berlin (DRFZ), un institut Leibniz, a maintenant découvert que les cellules Th diffèrent dans la force de leur empreinte et peuvent être reprogrammées à des degrés divers. Cette découverte ouvre la voie à de nouvelles options thérapeutiques pour les maladies inflammatoires et auto-immunes, ainsi qu'à des thérapies basées sur les cellules immunitaires. Les données ont été publiées dans la revue scientifique Science Advances.

Lorsque des agents pathogènes envahissent l'organisme, les cellules Th sont activées et se spécialisent dans la défense contre les différents types d'"attaquants". Divers sous-ensembles fonctionnels de cellules Th sont générés au cours de ce processus, notamment les cellules Th1 qui combattent les bactéries et les virus pathogènes dans les cellules du corps humain. Cependant, ces cellules peuvent également être impliquées dans des réactions auto-inflammatoires. Les cellules Th2, quant à elles, combattent les agents pathogènes et les parasites qui se trouvent à l'extérieur des cellules, tout en étant également responsables du développement de l'asthme et des allergies. Chaque type de cellule Th est contrôlé par un régulateur génétique spécifique, appelé facteur de transcription clé. L'imprégnation des cellules Th dans le cadre d'une réponse à une infection était auparavant considérée comme uniforme et irréversible.

Max Löhning, Ahmed Hegazy et leurs collègues de la Charité et du DRFZ ont maintenant pu montrer que les cellules Th1 générées au cours d'une infection virale diffèrent dans la force de leur empreinte. Les cellules Th1 générées avec de grandes quantités du facteur de transcription clé Th1 ont une empreinte stable et permanente. Elles remplissent exclusivement les fonctions des cellules Th1 pour la défense contre le virus. En même temps, cependant, des cellules Th1 avec des quantités plus faibles de ce facteur de transcription clé sont également induites et, par conséquent, leur empreinte est moins stable et la reprogrammation avec une fonction supplémentaire de cellule Th2 est toujours possible. Cependant, la spécialisation initiale des cellules Th1 dans la défense contre les virus n'est pas perdue avec cette nouvelle empreinte Th2 dans la défense contre les parasites. Au contraire, les cellules "apprennent" et un type de cellule intermédiaire est créé : les cellules dites "Th1+Th2". Ces cellules combinent le potentiel de défense des deux sous-groupes et conservent cette empreinte pendant des mois en tant que cellules T mémoires. D'un point de vue moléculaire, ce résultat est obtenu grâce à la production simultanée, par les nouvelles cellules "Th1+Th2", des principaux facteurs de transcription des cellules Th1 et Th2.

Ces résultats montrent que le système immunitaire au sein d'un groupe de cellules Th génère un éventail de réponses allant d'une stabilité totale de l'empreinte à une reprogrammabilité poussée, lui permettant de s'adapter à des environnements infectieux changeants. Les connaissances obtenues permettent non seulement de mieux comprendre les "processus d'apprentissage" dans les cellules immunitaires, mais aussi de jeter les bases d'une nouvelle utilisation thérapeutique de ces cellules. Cela pourrait également ouvrir de nouvelles voies pour traiter l'inflammation chronique et les maladies auto-immunes, car les cellules Th1 en particulier contribuent de manière significative au développement de ces maladies. "La reprogrammation partielle des cellules Th1 pourrait contribuer à affaiblir les propriétés de ces cellules qui favorisent l'inflammation et donc à mettre fin à leurs activités pathogènes", espèrent les responsables de l'étude, les professeurs Ahmed Hegazy et Max Löhning.

Note: Cet article a été traduit à l'aide d'un système informatique sans intervention humaine. LUMITOS propose ces traductions automatiques pour présenter un plus large éventail d'actualités. Comme cet article a été traduit avec traduction automatique, il est possible qu'il contienne des erreurs de vocabulaire, de syntaxe ou de grammaire. L'article original dans Anglais peut être trouvé ici.

Publication originale

Autres actualités du département science

Actualités les plus lues

Plus actualités de nos autres portails

Vis-à-Vis avec UV/VIS