19.09.2022 - European Society for Paediatric Endocrinology (ESPE)

Le temps excessif passé devant un écran de smartphone est lié à un début de puberté plus précoce

L'exposition à la lumière bleue, via l'utilisation régulière de tablettes et de smartphones, peut modifier les niveaux d'hormones et augmenter le risque de puberté précoce, selon les données d'une étude sur les rats présentée lors de la 60e réunion annuelle de la Société européenne d'endocrinologie pédiatrique. Une plus longue durée d'exposition à la lumière bleue était associée à une apparition plus précoce de la puberté chez les rats femelles, qui présentaient également des niveaux réduits de mélatonine, des niveaux accrus de certaines hormones de reproduction et des changements physiques dans leurs ovaires. L'utilisation d'appareils mobiles émettant de la lumière bleue a déjà été associée à des troubles du sommeil chez les enfants, mais ces résultats suggèrent qu'il pourrait y avoir des risques supplémentaires pour le développement de l'enfant et la fertilité future.

L'utilisation croissante d'appareils émettant de la lumière bleue, tels que les tablettes et les smartphones, a déjà été mise en cause dans la réduction de la qualité du sommeil chez les enfants et les adultes. On pense que cela est dû au dérèglement de notre horloge biologique, la lumière bleue empêchant l'augmentation du taux de mélatonine, une hormone qui prépare notre corps au repos et au sommeil. Les niveaux de mélatonine sont globalement plus élevés pendant la pré-puberté que pendant la puberté, ce qui jouerait un rôle dans le retardement du début de la puberté. La puberté est un processus complexe qui implique la coordination de plusieurs systèmes corporels et hormones.

Ces dernières années, plusieurs études ont signalé une augmentation de l'apparition précoce de la puberté chez les filles, notamment pendant la pandémie de COVID-19. Le lien entre l'exposition à la lumière bleue et la réduction des niveaux de mélatonine suggère que l'augmentation du temps passé devant un écran, comme pendant les restrictions liées à la pandémie, pourrait jouer un rôle dans cette augmentation signalée. Cependant, il est très difficile d'évaluer ce phénomène chez les enfants.

Dans cette étude, le Dr Aylin Kilinç Uğurlu et ses collègues d'Ankara, en Turquie, ont utilisé un modèle de rat pour étudier les effets de l'exposition à la lumière bleue sur les niveaux d'hormones reproductives et le moment de l'apparition de la puberté. Des rats femelles ont été divisés en trois groupes de six et exposés soit à un cycle lumineux normal, soit à 6 heures ou 12 heures de lumière bleue. Les premiers signes de puberté sont apparus significativement plus tôt dans les deux groupes exposés à la lumière bleue, et plus la durée d'exposition était longue, plus l'apparition de la puberté était précoce. Les rats exposés à la lumière bleue présentaient également des niveaux réduits de mélatonine et des niveaux élevés d'hormones reproductives spécifiques (œstradiol et hormone lutéinisante), ainsi que des changements physiques dans leur tissu ovarien, tous compatibles avec le début de la puberté. Lors de l'exposition de 12 heures, les rats ont également montré certains signes de dommages cellulaires et d'inflammation dans leurs ovaires.

Le Dr Aylin Kilinç Uğurlu commente : "Nous avons découvert que l'exposition à la lumière bleue, suffisante pour modifier les niveaux de mélatonine, est également capable de modifier les niveaux d'hormones de reproduction et de provoquer un début de puberté plus précoce dans notre modèle de rat. En outre, plus l'exposition est longue, plus l'apparition est précoce."

Bien que le Dr Aylin Kilinç Uğurlu , mette en garde : "Comme il s'agit d'une étude sur les rats, nous ne pouvons pas être sûrs que ces résultats seraient reproduits chez les enfants, mais ces données suggèrent que l'exposition à la lumière bleue pourrait être considérée comme un facteur de risque d'apparition précoce de la puberté."

Il est difficile d'imiter une exposition à la lumière bleue équivalente à l'utilisation de comprimés par un enfant chez les rats, mais le moment de la puberté chez les rats est à peu près équivalent à celui des humains, si l'on tient compte de l'espérance de vie plus faible des rats. Les changements hormonaux et d'ovulation qui se produisent pendant la pré-puberté et la puberté chez les rats femelles sont également comparables à ceux des humains. Ainsi, malgré les limites de l'étude, ces résultats plaident en faveur d'une étude plus approfondie des effets potentiels de l'exposition à la lumière bleue sur les niveaux d'hormones et l'apparition de la puberté chez les enfants.

L'équipe prévoit d'étudier les dommages cellulaires et les effets inflammatoires détectés après une exposition prolongée à la lumière bleue, car cela pourrait avoir des répercussions à long terme sur la santé reproductive et la fertilité. Elle évaluera également si l'utilisation de dispositifs mobiles à lumière bleue minimisant la lumière de nuit peut réduire les effets observés sur le modèle de rat.

Le Dr Aylin Kilinç Uğurlu ajoute : "Bien que cela ne soit pas concluant, nous conseillons de minimiser l'utilisation d'appareils émettant de la lumière bleue chez les enfants prépubères, en particulier le soir, lorsque l'exposition peut avoir le plus d'effets sur les hormones."

Note: Cet article a été traduit à l'aide d'un système informatique sans intervention humaine. LUMITOS propose ces traductions automatiques pour présenter un plus large éventail d'actualités. Comme cet article a été traduit avec traduction automatique, il est possible qu'il contienne des erreurs de vocabulaire, de syntaxe ou de grammaire. L'article original dans Anglais peut être trouvé ici.

European Society for Paediatric Endocrinology (ESPE)

Recommander les actualités PDF / Imprimer article

Partager

Faits, contextes, dossiers
  • hormones
  • puberté
  • mélatonine