18.08.2022 - Julius-Maximilians-Universität Würzburg

Nouvelle structure de cible contre Corona

De manière totalement inattendue, l'enzyme céramidase apparaît comme une nouvelle structure cible pour le traitement des infections par le SRAS-CoV-2

La fluoxétine, un antidépresseur courant, inhibe le coronavirus SRAS-CoV-2 dans des cultures cellulaires et dans des préparations de tissus pulmonaires humains. Ce phénomène a été démontré par des chercheurs de la Julius-Maximilians-Universität (JMU) de Würzburg au cours de l'été 2020. Cependant, le mécanisme de cette inhibition n'était absolument pas clair, les équipes ont donc poursuivi leurs recherches.

À cette fin, elles ont mis au point la molécule AKS466, qui est très similaire à la fluoxétine et qui supprime également le coronavirus. Après des études comparatives approfondies publiées dans la revue scientifique Cells, on sait maintenant comment l'antidépresseur inhibe la réplication des coronavirus.

L'excès de céramides inhibe le SARS-CoV-2

La fluoxétine, ainsi que l'AKS466, piègent les virus dans les lysosomes de la cellule. En termes simples, il s'agit de petites vésicules dans lesquelles se déroulent les processus digestifs. Dans les lysosomes, les deux substances actives suppriment également l'activité d'un groupe d'enzymes, les céramidases acides. Cela augmente la concentration de céramides, un groupe de lipides de l'organisme. L'excès de céramides est finalement responsable de la prévention de la reproduction du coronavirus SRAS-CoV-2.

"L'enzyme céramidase est une structure cible nouvelle et totalement inattendue pour la thérapie antivirale", déclare le professeur Jochen Bodem de l'Institut de virologie et d'immunobiologie de la JMU. Son groupe a collaboré intensivement à ce projet avec les équipes des professeurs Jürgen Seibel (chimie organique) et Markus Sauer (biotechnologie et biophysique) de la JMU. Les travaux ont été financés par la société pharmaceutique Novartis et l'État libre de Bavière.

Conséquences pour la recherche thérapeutique

Les nouvelles découvertes sont importantes pour la lutte contre le SRAS-CoV-2.

D'une part, les céramides pourraient être directement utilisables comme agents actifs contre le virus.

D'autre part, la molécule AKS466, semblable à la fluoxétine, pourrait être supérieure à l'original. En effet, la fluoxétine inhibe le groupe d'enzymes des sphingomyélinases acides, ce qui entraîne des effets secondaires lors de son utilisation. L'AKS466 n'inhibant pas ces enzymes, il devrait avoir moins d'effets secondaires indésirables.

Ainsi, les chercheurs de Würzburg montrent deux nouvelles voies qui pourraient conduire à une amélioration du traitement des infections par le SRAS-CoV-2. Ensuite, ils aimeraient clarifier la question de savoir comment les deux substances actives parviennent à piéger les coronavirus dans les lysosomes.

Note: Cet article a été traduit à l'aide d'un système informatique sans intervention humaine. LUMITOS propose ces traductions automatiques pour présenter un plus large éventail d'actualités. Comme cet article a été traduit avec traduction automatique, il est possible qu'il contienne des erreurs de vocabulaire, de syntaxe ou de grammaire. L'article original dans Anglais peut être trouvé ici.

Julius-Maximilians-Universität Würzburg

Recommander les actualités PDF / Imprimer article

Partager

Faits, contextes, dossiers
  • SARS-CoV-2
  • coronavirus
  • antidépresseurs
  • fluoxétine
Plus sur Uni Würzburg