24.11.2022 - Universität Basel

Le cancer du foie : Comment les cellules du foie s'égarent

Changements majeurs dans le métabolisme cellulaire

Le cancer du foie est l'un des types de cancer les plus mortels. Une équipe de chercheurs de l'université de Bâle vient de découvrir comment une cellule hépatique saine se transforme en cellule tumorale. Des changements métaboliques complets transforment des cellules hépatiques matures en cellules progénitrices immatures. Ces cellules prolifèrent rapidement et des tumeurs se développent.

Les causes du cancer du foie sont multiples. Outre les troubles métaboliques tels que ceux associés à l'obésité, les principales causes dans le monde occidental sont les infections par le virus de l'hépatite C et la consommation élevée d'alcool. Bien que le cancer des cellules hépatiques soit relativement rare par rapport aux autres types de cancer, il est l'une des principales causes de décès liés au cancer, en raison de son mauvais pronostic.

Comme toutes les cellules tumorales, les cellules cancéreuses du foie prolifèrent rapidement et de manière incontrôlée. Cela nécessite des changements fondamentaux dans leur métabolisme. Dans la revue scientifique "Molecular Cell", des chercheurs dirigés par le professeur Michael N. Hall, du Biozentrum de l'Université de Bâle, rapportent que les cellules cancéreuses du foie réduisent la production d'une molécule métabolique centrale. De cette manière, le métabolisme global est recâblé pour permettre aux cellules tumorales de se développer plus rapidement.

Le foie est le plus grand organe métabolique de notre corps. Il traite et stocke les nutriments et détoxifie les composés nocifs. Lorsqu'une cellule hépatique saine se transforme en cellule cancéreuse, elle perd sa fonction. "Les cellules tumorales sont égoïstes. Elles modifient leur métabolisme pour se développer le plus rapidement possible", explique le Dr Dirk Mossmann, chercheur en cancérologie. "Mais en même temps, elles cessent de remplir leurs tâches de cellules hépatiques. C'est pourquoi la fonction hépatique est altérée chez les patients souffrant de carcinome hépatocellulaire."

Des changements majeurs dans le métabolisme cellulaire

La molécule acétyl-CoA joue un rôle central dans le métabolisme cellulaire. D'une part, elle est le produit final de nombreuses voies de dégradation ; d'autre part, elle est nécessaire pour produire ou modifier chimiquement de nombreuses autres molécules. "Nous avons constaté que toutes les voies de biosynthèse de l'acétyl-CoA sont régulées à la baisse dans les cellules cancéreuses du foie", explique le Dr Sujin Park, premier auteur. "Il en résulte une diminution de l'acétyl-CoA qui, à son tour, affecte de nombreuses autres protéines, notamment les enzymes métaboliques. La fonction de ces enzymes est altérée car elles ne sont plus modifiées par l'acétyl-CoA. Cela peut, par exemple, aider les cellules tumorales à convertir plus efficacement le sucre en énergie."

Un autre effet est que l'acétyl-CoA a un impact sur la différenciation cellulaire. Des niveaux réduits d'acétyl-CoA favorisent la dédifférenciation des cellules hépatiques. En d'autres termes, elles sont reprogrammées à un stade de développement précoce et immature. Elles perdent leur fonction caractéristique et commencent à se diviser rapidement. "Nous nous sommes demandé comment il était possible que toutes les voies métaboliques de l'acétyl-CoA soient réprimées dans les cellules tumorales", explique Mossmann. "La réponse a été trouvée dans deux protéines, appelées facteurs de transcription, qui régulent un large spectre de gènes et déclenchent ainsi largement les changements métaboliques."

Un cancer avec une signature spécifique

Les chercheurs ont observé ce mécanisme dans des tumeurs du foie provenant à la fois de souris et de patients. Les échantillons de tumeurs de patients ont été obtenus auprès du professeur Markus Heim, du département de biomédecine de l'université de Bâle et de l'hôpital universitaire de Bâle. "Les deux facteurs de transcription se sont avérés être des acteurs clés : leur inhibition chez les souris a permis de prévenir les tumeurs", explique M. Park. "En outre, les changements métaboliques dans les cellules tumorales présentent une "signature" que l'on retrouve également dans d'autres types de cancer, comme ceux de la prostate et du pancréas."

La signature métabolique du cancer fournit également des informations sur la progression de la maladie. Elle est en corrélation avec un faible taux de survie. L'un des plus gros problèmes est que le cancer du foie est asymptomatique pendant longtemps et que la maladie est donc très souvent détectée à un stade avancé et tardif. La chirurgie ou la transplantation du foie ne sont souvent plus une option. Il est donc intéressant de savoir quand cette signature cancéreuse se développe et si elle peut être utilisée comme biomarqueur pour le dépistage et le diagnostic précoce du cancer du foie.

Note: Cet article a été traduit à l'aide d'un système informatique sans intervention humaine. LUMITOS propose ces traductions automatiques pour présenter un plus large éventail d'actualités. Comme cet article a été traduit avec traduction automatique, il est possible qu'il contienne des erreurs de vocabulaire, de syntaxe ou de grammaire. L'article original dans Anglais peut être trouvé ici.

Faits, contextes, dossiers
  • métabolisme
  • cancer du foie
  • cancer
Plus sur Universität Basel