03.06.2022 - Fraunhofer-Institut für Grenzflächen- und Bioverfahrenstechnik (IGB)

Le virus de l'herpès utilisé comme arme contre le cancer

L'immunothérapie virale pourrait également s'avérer efficace contre les métastases

Les virus peuvent rendre les animaux et les humains malades - ou en bonne santé : Des chercheurs de l'Institut Fraunhofer d'ingénierie interfaciale et de biotechnologie (IGB) ont réussi à modifier génétiquement le virus de l'herpès simplex de type 1, qui déclenche de douloureux boutons de fièvre, de telle sorte qu'il puisse être utilisé à l'avenir dans la lutte contre le cancer.

Les virus ont une structure simple : Ils sont constitués d'une petite quantité de matériel génétique enveloppé dans des protéines et des lipides. D'une taille de 20 à 200 nanomètres, ils ne peuvent être détectés qu'au moyen d'un microscope électronique. Pourtant, leur capacité à s'emparer de cellules vivantes et à les exploiter pour se multiplier est ce qui rend les virus uniques. Ils détruisent souvent leurs cellules hôtes dans le processus, et c'est alors que les animaux et les humains tombent malades - ou maintenant, en bonne santé : Le professeur Susanne Bailer et son équipe du Fraunhofer IGB de Stuttgart ont réussi à modifier génétiquement le virus de l'herpès simplex de type 1 de manière à pouvoir l'utiliser comme une arme efficace contre les cellules tumorales.

Arrêter les gènes pathogènes sur leur chemin

Le virus de l'herpès est connu pour les cloques douloureuses et inesthétiques qu'il provoque sur les lèvres. Cependant, les virus de l'herpès peuvent également provoquer des encéphalites, en particulier chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Le professeur Bailer, qui dirige l'unité d'innovation Virus-based Technologies au Fraunhofer IGB, a réalisé un véritable exploit : Elle est parvenue à désactiver les gènes du virus à l'origine de la maladie, le rendant ainsi traitable. Le matériel génétique du virus de l'herpès est constitué d'ADN, et non d'ARN comme dans le cas du coronavirus SRAS-CoV-2, par exemple. "Le génome ADN est beaucoup plus grand que le génome ARN, ce qui signifie que de nombreux gènes supplémentaires peuvent y être logés. Ainsi, lorsque nous cherchons à reprogrammer le virus, nous avons beaucoup de gènes à notre disposition", explique le professeur Bailer, qui mène des recherches sur les herpèsvirus depuis 20 ans. Un autre avantage est que les technologies de base qui peuvent être utilisées pour modifier génétiquement les virus de l'herpès existent déjà. Portés par le développement du vaccin COVID-19, des progrès significatifs ont été réalisés dans ce domaine de recherche au cours des dernières années. Le vaccin d'AstraZeneca est basé sur les adénovirus, qui provoquent des rhumes chez les chimpanzés mais sont inoffensifs pour l'homme. Les virus modifiés transmettent aux cellules humaines les informations nécessaires à l'élaboration des antigènes du vaccin, ce qui permet de former des anticorps spécifiques du SRAS-CoV-2. Dans l'ensemble, le professeur Bailer estime que le succès d'AstraZeneca a stimulé la recherche sur les virus génétiquement modifiés et a largement dissipé les craintes antérieures.

Une virothérapie oncolytique pour stimuler les défenses immunitaires de l'organisme

Le professeur Bailer et son équipe ont réussi à améliorer les méthodes de génie génétique utilisées pour manipuler les virus de l'herpès, leur permettant ainsi d'incorporer un contrôle de cible. "Cela garantit que nos virus pénètrent dans les cellules cancéreuses, et non dans les cellules saines, lorsque nous les injectons directement dans la tumeur. Ils se multiplient alors et provoquent l'éclatement des cellules". Ce processus libère des marqueurs tumoraux qui permettent au système immunitaire de l'organisme de combattre le cancer. "De plus, nous activons la réponse immunitaire avec des protéines spécifiques que nos virus libèrent lorsqu'ils se reproduisent. Le système immunitaire reconnaît alors les cellules tumorales et les élimine." Le professeur Bailer espère également utiliser ce procédé pour combattre les métastases non détectées en dehors du site de la tumeur. "Le système immunitaire est l'arme la plus puissante dont nous disposons pour combattre le cancer. À l'aide de notre virus et des marqueurs tumoraux libérés, nous cherchons à stimuler le système immunitaire de manière ciblée afin que l'organisme puisse essentiellement se traiter lui-même."

Premiers succès dans la lutte contre le cancer du poumon

Les premiers tests précliniques utilisant ce que l'on appelle le virus oncolytique ont été réalisés par l'équipe du Fraunhofer IGB dans le cadre du projet TheraVision, en coopération avec les instituts Fraunhofer de thérapie cellulaire et d'immunologie IZI, de toxicologie et de médecine expérimentale ITEM, et de recherche sur les silicates ISC. Les chercheurs ont conçu le virus de manière spécifique pour l'utiliser dans le traitement du cancer du poumon non à petites cellules. Le taux de mortalité pour ce type de cancer est élevé. Seuls 22 % des patients de sexe féminin et 17 % des patients de sexe masculin survivent aux cinq premières années suivant le diagnostic de cancer du poumon, et le pronostic est encore plus sombre pour le carcinome non à petites cellules en raison de la précocité des métastases.

L'immunothérapie virale pourrait également s'avérer efficace contre les métastases

Les résultats de ces études sont prometteurs. Les cellules tumorales ont été éliminées avec succès, et l'immunothérapie virale pourrait également être efficace contre les métastases. "Nous devons approfondir cette question", déclare le professeur Bailer. Il est encore trop tôt pour procéder à des essais cliniques. Toutefois, les perspectives à cet égard sont bonnes, car le virus de l'herpès simplex présente un autre avantage décisif par rapport aux autres virus : nous pouvons appuyer sur un "bouton d'arrêt d'urgence". Si des effets secondaires imprévus surviennent lors du traitement de patients cancéreux affaiblis, il existe un moyen fiable d'arrêter le processus de multiplication virale en utilisant un médicament antiviral extrêmement efficace qui a fait ses preuves depuis près de 50 ans. Toutefois, des études complémentaires devront être menées avant de pouvoir l'utiliser en milieu clinique : "Nous devons mieux comprendre les mécanismes d'action pour exploiter pleinement le potentiel de l'immunothérapie virale. Quoi qu'il en soit, nous avons maintenant mis au point une plateforme technologique virale qui pourra être utilisée à l'avenir pour d'autres types de tumeurs."

Note: Cet article a été traduit à l'aide d'un système informatique sans intervention humaine. LUMITOS propose ces traductions automatiques pour présenter un plus large éventail d'actualités. Comme cet article a été traduit avec traduction automatique, il est possible qu'il contienne des erreurs de vocabulaire, de syntaxe ou de grammaire. L'article original dans Anglais peut être trouvé ici.

Fraunhofer-Institut für Grenzflächen- und Bioverfahrenstechnik (IGB)

Recommander les actualités PDF / Imprimer article

Partager

Plus sur Fraunhofer-Gesellschaft