10.05.2022 - Bayer AG

Bayer : Très bon début d'année - forte croissance des ventes et des bénéfices

Perspectives pour 2022 confirmées - confiance pour l'ensemble de l'année malgré l'incertitude liée aux crises mondiales

Le groupe Bayer a connu un début d'année 2022 très réussi. "Nous avons enregistré une croissance exceptionnelle du chiffre d'affaires et des bénéfices, avec des gains particulièrement substantiels pour nos activités agricoles", a déclaré Werner Baumann, président du conseil d'administration, mardi, lors de la présentation de la déclaration trimestrielle pour le premier trimestre 2022. "Nos prévisions pour cette année restent confiantes malgré les grandes incertitudes, notamment en ce qui concerne la stabilité des chaînes d'approvisionnement et l'approvisionnement en énergie, et nous confirmons les perspectives ajustées en fonction de la devise pour l'ensemble de l'année publiées en mars."

Le chiffre d'affaires du groupe au premier trimestre a augmenté de 14,3 % sur une base ajustée aux devises et au portefeuille (Fx & portfolio adj.) pour atteindre 14,639 milliards d'euros. L'EBITDA avant éléments spéciaux a augmenté de 27,5 % pour atteindre 5,251 milliards d'euros. Les effets de change positifs ont profité au chiffre d'affaires de 529 millions d'euros (T1 2021 : moins 938 millions d'euros) et à l'EBITDA avant éléments spéciaux de 67 millions d'euros (T1 2021 : moins 337 millions d'euros). L'EBIT a augmenté de 36,6 pour cent pour atteindre 4,212 milliards d'euros. Ce chiffre comprend des gains spéciaux nets de 40 millions d'euros (T1 2021 : 15 millions d'euros). Ceux-ci concernaient principalement des provisions liées aux litiges relatifs au glyphosate. Le bénéfice net a augmenté de 57,5 % pour atteindre 3,291 milliards d'euros. Le bénéfice de base par action des activités poursuivies a progressé de 36,3 pour cent pour atteindre 3,53 euros.

Les ventes et les bénéfices du groupe n'ont pas subi l'impact négatif de l'invasion de l'Ukraine par la Russie au premier trimestre. En termes commerciaux, la Russie et l'Ukraine ne figurent pas parmi les dix principaux pays de l'entreprise ; au total, les deux pays représentent environ 3 % des ventes.

Le flux de trésorerie disponible s'est amélioré de 63,2 % pour atteindre moins 1,187 milliard d'euros. La dette financière nette au 31 mars 2022, qui s'élève à 34,527 milliards d'euros, est supérieure de 4,2 pour cent à celle de la fin de l'année 2021, principalement en raison des sorties de fonds liées aux activités opérationnelles et des effets de change négatifs.

Crop Science augmente ses bénéfices d'environ 50 pour cent

Dans le secteur agricole (Crop Science), les ventes ont augmenté de 21,6 pour cent (Fx & portefeuille ajusté) pour atteindre 8,447 milliards d'euros grâce à une croissance substantielle des prix et des volumes. Les ventes de Bayer ont connu une croissance à deux chiffres dans toutes les régions et ont enregistré une croissance particulièrement forte pour les Herbicides (Fx & portfolio adj. 59,8 pour cent) et les Fongicides (Fx & portfolio adj. 18,6 pour cent). Si la croissance des Herbicides a été particulièrement forte en Amérique du Nord, les Fongicides ont généré une croissance à deux chiffres dans toutes les régions. Les ventes de semences de maïs et de produits dérivés ont augmenté, principalement en raison des augmentations de prix dans toutes les régions. Bayer a également profité de l'augmentation des volumes dans les régions Europe/Moyen-Orient/Afrique, Amérique latine et Asie/Pacifique. Les ventes de Soybean Seed & Traits sont restées au même niveau que l'année précédente (Fx & portfolio adj. en hausse de 0,8 %), et ont été plus élevées en Amérique du Nord en raison des augmentations de prix, mais plus faibles en Amérique latine en raison de la baisse des volumes.

L'EBITDA avant éléments spéciaux de Crop Science a augmenté de 49,9 % pour atteindre 3,669 milliards d'euros, principalement grâce à la hausse des prix. Bayer a également bénéficié de l'augmentation des volumes et des programmes d'efficacité en cours. En revanche, les bénéfices ont été diminués par une augmentation des coûts, notamment du coût des marchandises vendues, qui s'explique principalement par une forte inflation. Il y a eu un effet de change positif de 98 millions d'euros (T1 2021 : moins 252 millions d'euros). La marge EBITDA avant éléments spéciaux a sensiblement augmenté de 6,6 points de pourcentage pour atteindre un niveau record de 43,4 % ; les effets de change ont eu un effet dilutif de 0,8 point de pourcentage.

Produits pharmaceutiques : chiffre d'affaires en hausse grâce à Eylea™, Nubeqa™ et aux activités de radiologie.

Les ventes de médicaments sur ordonnance (Pharmaceuticals) ont augmenté de 2,6 pour cent (Fx & portfolio adj.) pour atteindre 4,624 milliards d'euros, avec une hausse substantielle dans la région Europe/Moyen-Orient/Afrique. La division a été plus que capable de compenser les baisses de ventes liées aux prix en raison des procédures d'appel d'offres en Chine, notamment pour l'anticoagulant oral Xarelto™ (Fx & portfolio adj. moins 5,0 pour cent) et le médicament contre le cancer Nexavar™ (Fx & portfolio adj. moins 34,7 pour cent) par des volumes plus élevés pour d'autres produits. Cela a été possible en partie grâce à la poursuite de l'expansion des activités du médicament ophtalmologique Eylea™ (Fx & portfolio adj. 13,9 pour cent), qui a stimulé la part de marché sur un marché en croissance, notamment en Europe et en Chine. En outre, Bayer a réalisé des gains dans la catégorie Radiologie, notamment avec Ultravist™ (Fx & portfolio adj. 26,4 pour cent), alors que le trimestre précédent était plus faible en raison de la pandémie. En raison de la croissance encourageante des volumes aux États-Unis, en Europe et au Japon, le médicament anticancéreux Nubeqa™ a enregistré une hausse des ventes de 61,5 % (Fx & portfolio adj.). En outre, le lancement sur le marché de Kerendia™ pour le traitement des patients atteints d'insuffisance rénale chronique et de diabète de type 2 au troisième trimestre 2021 a eu un impact positif.

L'EBITDA avant éléments spéciaux du secteur pharmaceutique a diminué de 7,3 % pour atteindre 1,389 milliard d'euros. Les principaux facteurs de cette évolution ont été l'augmentation des investissements dans la croissance future, principalement dans la commercialisation et la distribution de nouveaux produits tels que Kerendia™, Nubeqa™ et Verquvo™. La division a également supporté des dépenses de recherche et développement plus élevées par rapport au trimestre de l'année précédente qui avait bénéficié de la comptabilisation proportionnelle de 52 millions d'euros de produits de la vente d'un bon d'examen prioritaire aux États-Unis. Des effets de change négatifs de 34 millions d'euros (T1 2021 : 57 millions d'euros) ont constitué une charge supplémentaire. La marge EBITDA avant éléments spéciaux était de 30,0 % ; les effets de change ont eu un effet dilutif de 1,6 point de pourcentage.

Consumer Health affiche une forte augmentation des ventes et une croissance des bénéfices encore meilleure.

Les ventes de produits d'automédication de Bayer (Consumer Health) ont connu une hausse significative de 17,2 % (Fx & portefeuille ajusté) pour atteindre 1,512 milliard d'euros. Cette forte évolution fait suite à un trimestre plus faible l'année précédente en raison de la pandémie. La croissance a une fois de plus été généralisée, toutes les régions et catégories y ayant contribué. La catégorie Allergie et Froid a connu la plus forte croissance avec des ventes en hausse de 38,7 % (Fx & portefeuille ajusté), malgré la présence comparativement plus faible de Bayer dans la catégorie Toux et Froid. La catégorie des produits nutritionnels a enregistré un nouveau trimestre de croissance exceptionnelle de 15,4 % (Fx & portefeuille ajusté), grâce à des marques fortes qui ont surpassé le marché.

L'EBITDA avant éléments spéciaux de Consumer Health a augmenté de 32,9 % pour atteindre 388 millions d'euros. Ce résultat est principalement dû à une croissance exceptionnelle des ventes, à une gestion active des prix et à un contrôle des coûts. Bayer a également enregistré des gains ponctuels grâce à la vente d'une marque mineure et non stratégique. Les investissements liés au lancement de l'innovation derrière les marques de Bayer et l'augmentation des coûts liée à l'inflation ont pesé sur le résultat. Il y a eu des effets de change positifs de 6 millions d'euros (T1 2021 : moins 26 millions d'euros). La marge EBITDA avant éléments spéciaux s'est nettement améliorée de 2,4 points de pourcentage pour atteindre 25,7 % ; les effets de change ont eu un effet dilutif de 0,3 point de pourcentage.

Reconnaissance des progrès de Bayer dans le domaine de la durabilité

Bayer a bien progressé dans la réalisation de ses objectifs de développement durable, comme l'a confirmé le Net-Zero Company Benchmark de l'initiative CA100+ menée par les investisseurs, dans lequel Bayer était l'une des entreprises les mieux notées. Bayer a obtenu sept (sur un total de dix) indicateurs verts dans le Benchmark 2021 publié fin mars (contre seulement deux en 2020), soit plus que toute autre des 166 entreprises évaluées. ISS ESG, l'une des principales agences de notation au monde dans le segment des investissements durables environnementaux, sociaux et de gouvernance, a de même honoré Bayer en tant que " climate outperformer " dans son Climate Awareness Scorecard. Les notations ESG sont principalement utilisées par les investisseurs comme un indicateur de la performance d'une entreprise en matière de durabilité.

Par ailleurs, le Conseil d'administration a décidé de faire passer la flotte de véhicules de Bayer dans le monde entier à l'électromobilité, et ce dès que possible. Le calendrier précis sera principalement influencé par les conditions du marché et le rythme d'expansion de l'infrastructure de recharge des VE.

Note: Cet article a été traduit à l'aide d'un système informatique sans intervention humaine. LUMITOS propose ces traductions automatiques pour présenter un plus large éventail d'actualités. Comme cet article a été traduit avec traduction automatique, il est possible qu'il contienne des erreurs de vocabulaire, de syntaxe ou de grammaire. L'article original dans Anglais peut être trouvé ici.

Plus sur Bayer